Belfort : Powercolor

En été, les couleurs vives ont généralement la cote. Au niveau de nos choix vestimentaires… mais pas seulement. C'est tout du moins ce que trois jeunes terribelfortains et doubiens ont semble-t-il cherché à montrer le mois dernier, en déclinant cette tendance à une activité délinquante "haute en couleur".

Armés de pistolets de paintball sur la voie publique, ils auront effectivement pris un malin plaisir à rendre vertes de rage ou encore bleues de trouille et d'hématomes (entre autres coloris) plusieurs victimes d'une série de trois assauts, perpétrés furtivement depuis une voiture.

Le premier en date, remontant au 17 juillet, aura vu une jeune femme de 26 ans être le cobaye expérimental de leurs billes de peinture, alors qu'elle attendait son bus à Andelnans. Une rafale inattendue pour laquelle elle aura logiquement déposé plainte, et qui, parallèlement, donnait ainsi l'idée aux trois fous de la gâchette de récidiver 5 nuits plus tard, en prenant cette fois-ci pour cible la façade de quatre résidences de Sevenans.

Soit le meilleur moyen pour eux de prendre pleinement conscience… qu'en définitive, le plus amusant n'est pas vraiment de jouer les peintres en bâtiment, mais bien les teinturiers relookeurs. Un constat qu'ils (re)mettront donc à l'épreuve le lendemain soir, en souillant autrement qu'avec du ketchup ou de la mayonnaise, les T-shirts et débardeurs des clients d'un McDonald's installés en terrasse.

Si les plus vifs de ces McMangeurs auront eu le réflexe de se mettre à couvert sous les tables le temps que l'averse se passe, d'autres, pour au contraire en avoir vu de toutes les couleurs, auront au moins pu apporter le témoignage de leur expérience aux enquêteurs ; lesquels, par recoupement, parvenaient en début de semaine à remonter la trace des coupables présumés.

Cueillis à leur domicile de Grand-Charmont, Valentigney et Sevenans en possession de tout leur attirail, ces deux "adultes" de 20 ans et leur acolyte de 17 ans, tous trois sans antécédents judiciaires, auront reconnu les faits… et expliqué avoir voulu s'amuser.

Un jeu dangereux qui amènera prochainement les deux majeurs de la bande à répondre de violences volontaires avec armes et dégradations, et conduira l'adolescent devant le juge pour enfants.

De toutes les teintes qu'ils auront pu utiliser, seule la matière grise leur aura visiblement fait défaut...

GéPé
Publié le jeudi 1 août 2013 à 15h11

Confirmez-vous la suppression ?